L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DU VIDE selon la physique quantique

Alain Boudet
Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

Un nouvel article publié sur mon site web

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Pour voir le texte entier:

http://www.spirit-science.fr/Matiere/Phys3-ether.html

Une réflexion au sujet de « L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DU VIDE selon la physique quantique »

  1. Un grand merci pour le souci et le talent pédagogiques dont vous faites preuve. Expliquer des choses complexes de manière simple n’est pas toujours facile et je trouve vos articles d’une grande clarté. Je suis issue de la philosophie, et les philosophes étant rarement des scientifiques, on a effectivement besoin que des scientifiques « purs et durs » nous explique les choses d’une manière qui, bien que « profane » (c’est à dire sans trop d’équations), soit néanmoins sérieuse et fiable, et ce, afin que l’on puisse quand même fonder notre réflexion sur les enseignements scientifiques qu’on nous donne. Vous êtes notamment le premier à m’avoir permis de comprendre l’explication scientifique des « figures de Chladni », qui me fascinent, sans me noyer des les premières lignes sous un monceau d’équations barbares. Vous, je vous ai compris du premier coup… Merci ! :o) Bien cordialement, Sandrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *