L’ÉVOLUTION DE LA VIE et les CHAMPS D’INFORMATION

Nouvel article en 4 parties de A. Boudet, publié sur le site spirit-science.fr

Résumé:

1. Darwin et la théorie moderne de l’évolution

Les archives archéologiques montrent que les espèces animales et végétales ont évolué au cours des siècles. Quel est le moteur de cette évolution? Darwin et les néodarwinistes énoncent que des variations ont lieu par hasard et que certaines sont avantagées et se développent au détriment des autres. C’est ce que nous sommes conditionnés à croire (enseignement scolaire, musées, médias, etc.). Froide et aveugle, fondée sur l’égoïsme et le conflit permanent de tous contre tous, cette théorie enlève tous sens à la vie, et a donné lieu à des perversions sociales. Elle oublie que l’altruisme et l’unité de toute chose sont des principes fondamentaux de la vie.

Lire cette partie complète sur le site

2. Le darwinisme en question

De plus en plus de chercheurs soulignent les inconsistances de la théorie néodarwiniste, construite sur une interprétation controversée des découvertes archéologiques. L’un des points les plus contestables est que des mutations aléatoires puissent conférer des caractères avantageux. Un autre est que les caractères complexes devraient apparaitre progressivement. Or les bactéries incluent des systèmes biologiques très élaborés qui sont apparus tout faits. Les nombreuses avancées de la biologie montrent que la transmission génétique est bien plus complexe que par la voie unique des gènes. Les zones dites non-codantes jouent un rôle très important dans la régulation génétique et des instructions nouvelles peuvent passer dans la descendance sans qu’il y ait de mutations dans les gènes. Enfin, la composition de l’ADN des mitochondries montre que les espèces sont génétiquement bien distinctes, sans chainon intermédiaire. La synthèse évolutive étendue tient compte de cette complexité et de cette mobilité en intégrant l’épigénétique et la théorie des systèmes.
Lire cette partie complète sur le site

Lire cette partie complète sur le site

3. Pratiques inquiétantes dans la science

Certains scientifiques et philosophes osent exprimer leur conviction de l’existence d’un principe organisateur supérieur qui guiderait les créations des organismes vivants. Le prix à payer est de faire la séparation dans leur esprit entre un domaine subjectif qui relève de leur foi et un domaine scientifique occupé par la théorie de l’évolution. Les chercheurs qui avancent des modèles scientifiques différents sont censurés, ridiculisés, ou évincés des institutions, bien loin d’un dialogue honnête qu’on pourrait attendre de la part de scientifiques éduqués. Alors qu’elle affirme abusivement être un fait objectif, la théorie synthétique de l’évolution est en réalité une hypothèse fondée sur des présupposés métaphysiques.

Lire cette partie complète sur le site

4. Informations et mythes de création

La constitution des organismes, en particulier de la molécule d’ADN avec ses codes génétiques précis et volumineux, n’a pas pu avoir lieu sans l’apport extérieur d’instructions spécifiques. Elles sont fournies sous la forme de champs d’information ou archétypes, de nature électromagnétique, gravitationnelle, ou d’une nature plus subtile (éther, champs de torsion, entéléchie, champs morphogénétiques, champs H, champ akashique). Par ces champs, les êtres vivants sont reliés subtilement dans un vaste réseau. Depuis toujours, les mythes de création planétaires décrivent un processus semblable. D’un principe organisateur, émanent des instructions sous forme de pensées, de rêves, de géométrie ou de sons. Cette vision renouvelée donne à l’évolution des formes de vie un sens bien plus exaltant et plus responsable: accompagner l’éveil de la conscience.

Lire cette partie complète sur le site

Histoire des animaux racontée par les fossiles

De la bactérie à l’être humain
Article par Alain Boudet

Résumé: Les fossiles exhumés des couches géologiques nous racontent comment les espèces animales ont successivement peuplé la Terre depuis les temps les plus anciens.

On peut fournir un ordre chronologique des époques de leur vie, mais les datations sont des estimations incertaines. Des analyses montrent que le peuplement et les extinctions se sont produits selon des rythmes cycliques. Sont d’abord apparus des organismes simples comme la bactérie. Puis se sont ajoutées des formes animales de plus en plus complexes, qui ont cohabité avec les formes simples, en équilibre écologique.

Lire l’article complet sur le site

ARTICLE: HISTOIRE DE LA NOTION DE FRÉQUENCE SONORE

Apparition du concept et développement des procédés de mesure

par Alain Boudet

Ce n’est qu’au 17e siècle qu’on a compris le lien direct entre la hauteur d’un son et la vitesse de sa vibration (sa fréquence). Mais on était alors dans l’incapacité d’évaluer cette fréquence. Il a fallu le développement progressif, à partir du 19e siècle, de moyens techniques de mesure issus de recherches scientifiques – gravure et visualisation des vibrations –  pour aboutir à la situation actuelle où la l’expression de la hauteur d’un son par sa fréquence en hertz nous est devenue familière et banale.

Lire l’article en entier dans le site

Les résonances de Schumann

Des ondes électromagnétiques qui circulent autour de la Terre et influencent notre santé

par Alain Boudet

Résumé: L’atmosphère terrestre est animée par des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, dont certaines sont amplifiées par résonance (résonances de Schumann, environ 8, 14, 21, 26, 33, 39 et 45 Hz).
La puissance des résonances de Schumann épouse les variations de la production d’éclairs et de l’activité solaire. Leur fréquence fluctue très légèrement autour d’une valeur moyenne constante.
Les résonances de Schumann s’insèrent dans le même domaine de fréquences que les ondes cérébrales. Aussi toute variation notoire de leurs caractéristiques, due soit à des phénomènes naturels soit à des technologies humaines comme le système HAARP, a une incidence sur le cerveau et sur la santé humaine.

Lire l’article entier sur mon site
http://www.spirit-science.fr/doc_terre/Schumann.html

 Chakras e corpos sutis, sua evolução desenvolvimento espiritual

Mon article Chakras et corps subtils, a été traduit en portugais
http://www.spirit-science.fr/portugues/chakras-pt.html

Não estamos só feito de carne. Ele existe em nossos circuitos anatomia energética e corpo feito de matéria extremamente apto e sutil chamados chakras e corpos de energia. Eles são sutis demais para ser detectado por dispositivos feitos de matéria densa, mas é dado a todos a aprender a sentir-se. Eles têm funções de regulação e de comunicação interna e externa de energia. Seu estado de funcionamento é em correspondência com as nossas atitudes e nosso desenvolvimento espiritual. Sistemas de novas linhas estão atualmente intensamente ativado para apoiar a humanidade e para a Terra em suas mudanças.

Les aléas historiques de la fréquence du LA – Les notes de musique soient-elles être normalisées ?

Pour tout ceux qui s’interrogent sur la façon dont on choisit la valeur du diapason, c’est-à-dire la fréquence du LA, pour tous ceux qui s’intéressent aux dessous de la musique, voici mon dernier article, une enquête sur les aléas historiques du LA.

Accédez à l’article entier sur mon site SPIRIT-SCIENCE.FR

RÉSUMÉ:

1. Depuis 1953, une norme internationale recommande d’accorder les instruments de musique à la fréquence de 440 hertz pour le LA. C’est une volonté récente, car dans le passé, on ne s’intéressait qu’aux intervalles entre les notes et on ne savait pas mesurer leur fréquence.

2. Fixer un diapason à 1 Hz près a un sens purement technique car musicalement, les notes émises par les instruments sont fluctuantes et varient avec la température et le souffle. Lorsque vous entonnez une chanson, vous ne vous souciez pas du diapason. La nécessité d’un diapason commun est apparue pour des motifs pratiques et commerciaux, afin de faciliter la musique professionnelle d’ensemble et la fabrication des instruments.

3. Au moins jusqu’au 18e siècle, le diapason des instruments variait d’un endroit à l’autre, d’une époque à l’autre et d’un instrument à l’autre. Puis des tentatives de normalisation ont été effectuées, mais le choix des valeurs retenues a suscité des controverses, qui ne se sont pas éteintes avec la normalisation internationale de 1953.

4. Le choix d’un diapason plus haut ou plus bas peut affecter le rendu sonore et la performance vocale des chanteurs lorsqu’il s’agit d’interpréter des œuvres écrites dans le passé. L’essentiel est l’impact émotionnel et physique de la musique sur l’auditeur. Il résulte de paramètres complexes qui dépassent de loin la question du diapason.

ARTICLE de physique: Le champ d’énergie du vide selon l’électrodynamique semi-classique

Voici le 4e article de ma série sur la présentation de l’élaboration des théories physiques sur les plans scientifique, humain et philosophique.

Les phénomènes quantiques expliqués par

LE CHAMP DU POINT ZÉRO ÉLECTROMAGNÉTIQUE CLASSIQUE

selon l’électrodynamique stochastique

Où l’on découvre que la quantification n’est pas nécessaire pour rendre compte de nombreux phénomènes dits quantiques – que la gravitation et la masse sont probablement des manifestations du champ du point zéro

L’électrodynamique stochastique s’est développée à partir des années 1960 comme alternative à la physique quantique. Elle s’appuie sur l’électromagnétisme classique auquel elle adjoint la présence d’un champ d’énergie du vide. Elle rend compte de phénomènes habituellement considérés comme purement quantiques (l’indétermination de Heisenberg, la stabilité des orbites atomiques, l’intrication, etc.) par l’action du champ du vide fluctuant sur les particules. Elle conserve les concepts familiers de causalité et de trajectoire, ce qui la rend attrayante et fluide. La constante de Planck y figure naturellement comme mesure de la densité énergétique du champ. Certains chercheurs ont même montré que les perceptions de masse, d’inertie et de force de gravitation pourraient résulter de forces de résistance induites par le champ du vide sur la matière. Cela ouvre une autre vision de l’univers où les formes de la matière résultent d’un équilibre susceptible d’évoluer.
Accédez à l’article entier sur mon site

La curieuse querelle du diapason – Quand les partisans du 432 hertz s’en prennent à la norme internationale de 440 hertz

C’est un article de John Stuart Reid sur les aléas historiques de la hauteur de la note La, traduit en français par Alain Boudet.

On y apprend que fixer une fréquence précise pour une note est une préoccupation moderne orientée par des intérêts techniques et pratiques.

On y découvre que la plupart des arguments avancés pour fixer le La à 432 Hz ou toute autre valeur sont fallacieux.

En attendant de produire moi-même un article sur ce sujet (c’est en cours depuis de nombreux mois, et c’est pourquoi j’ai été conduit vers l’étude de John), j’ai traduit l’article de John en français. Il comporte 32 pages, avec les sous-titres suivants:

L’émergence de la musique dans les temps anciens
De Pythagore à la Renaissance
Trois inventions qui ont contribué à identifier le diapason musical
Le monde sauvage du diapason
Le ton moyen
Le diapason orchestral
Le diapason normal en France
La naissance du La de 444 hertz
La naissance du La de 432 hertz
La montée du diapason normal en-dehors de la France
Une conspiration nazie?
La norme britannique du La à 439 hertz
Le point de vue de Rudolf Steiner sur le diapason
L’établissement de la norme internationale du La à 440 hertz

Il est disponible en téléchargement en format pdf, au prix de 2,99$
sur le site internet de John S. Reid, cymascope.com
https://www.cymascope.com/shop/products/the-curious-concert-pitch-conflict-pdf-download/

L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DE L’ESPACE selon la physique quantique

Avec un peu de recul, j’ai trouvé que mon article « L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DE L’ESPACE selon la physique quantique« , paru en juillet 2015 était un peu ardu à aborder à certains endroits.

Je l’ai remanié afin qu’il soit plus facile à lire.
Les passages spécialisés ont été déplacés en annexe.

Il n’en reste pas moins que cette physique est compliquée.

3fluctuations-quantiques

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Bonne lecture

L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DU VIDE selon la physique quantique

Alain Boudet
Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

Un nouvel article publié sur mon site web

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Pour voir le texte entier:

http://www.spirit-science.fr/Matiere/Phys3-ether.html