ARTICLE de physique: Le champ d’énergie du vide selon l’électrodynamique semi-classique

Voici le 4e article de ma série sur la présentation de l’élaboration des théories physiques sur les plans scientifique, humain et philosophique.

Les phénomènes quantiques expliqués par

LE CHAMP DU POINT ZÉRO ÉLECTROMAGNÉTIQUE CLASSIQUE

selon l’électrodynamique stochastique

Où l’on découvre que la quantification n’est pas nécessaire pour rendre compte de nombreux phénomènes dits quantiques – que la gravitation et la masse sont probablement des manifestations du champ du point zéro

L’électrodynamique stochastique s’est développée à partir des années 1960 comme alternative à la physique quantique. Elle s’appuie sur l’électromagnétisme classique auquel elle adjoint la présence d’un champ d’énergie du vide. Elle rend compte de phénomènes habituellement considérés comme purement quantiques (l’indétermination de Heisenberg, la stabilité des orbites atomiques, l’intrication, etc.) par l’action du champ du vide fluctuant sur les particules. Elle conserve les concepts familiers de causalité et de trajectoire, ce qui la rend attrayante et fluide. La constante de Planck y figure naturellement comme mesure de la densité énergétique du champ. Certains chercheurs ont même montré que les perceptions de masse, d’inertie et de force de gravitation pourraient résulter de forces de résistance induites par le champ du vide sur la matière. Cela ouvre une autre vision de l’univers où les formes de la matière résultent d’un équilibre susceptible d’évoluer.
Accédez à l’article entier sur mon site

L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DE L’ESPACE selon la physique quantique

Avec un peu de recul, j’ai trouvé que mon article « L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DE L’ESPACE selon la physique quantique« , paru en juillet 2015 était un peu ardu à aborder à certains endroits.

Je l’ai remanié afin qu’il soit plus facile à lire.
Les passages spécialisés ont été déplacés en annexe.

Il n’en reste pas moins que cette physique est compliquée.

3fluctuations-quantiques

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Bonne lecture

L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DU VIDE selon la physique quantique

Alain Boudet
Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

Un nouvel article publié sur mon site web

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Pour voir le texte entier:

http://www.spirit-science.fr/Matiere/Phys3-ether.html

ASPECTS GÉOMÉTRIQUES ET SONORES DES CRÉATIONS DE L’UNIVERS

Les schémas directeurs de l’homme et de la nature
Une vision nouvelle de l’évolution

Résumé: Loin d’être dues au hasard, les formes de l’univers sont sous-tendues par des trames géométriques qui sont l’expression manifestée de schémas directeurs sous-jacents. On constate leur présence depuis l’atome jusqu’aux amas de galaxies, en passant par les plantes, les animaux, les circuits énergétiques de la Terre, et même le corps humain. Ces géométries sont intimement liées à des fréquences sonores.
Les corps énergétiques de l’être humain sont conçus selon des programmes géométriques, qui sont l’expression de schémas directeurs inscrits dans des plans supérieurs de réalité. Mais ceux-ci ont été faussés par le passé. L’humanité est dans le processus délicat où elle retrouve ses codes d’origine. Cela ne va pas sans heurts et sans épreuves, qui sont autant d’incitations à retrouver de nouvelles formes de responsabilité et de sagesse.

Un article d’A. Boudet à lire en entier dans le site spirit-science

Physique quantique: les concepts fondamentaux

Onde et particule, le double visage de la matière – Abandon de la notion de trajectoire – États entremêlés – Univers parallèles
Une interrogation sur la réalité objective

La physique quantique est née dans les années 1920 après qu’Einstein ait introduit la notion de quantum dans les rayons lumineux pour expliquer l’effet photoélectrique, et que De Broglie ait généralisé le double visage onde/particule aux particules de matière. Sa géniale hypothèse a été confirmée expérimentalement par les phénomènes d’interférences des électrons. Les lois mathématiques qui permettent de décrire la particule ont été développées par Schrödinger et Heisenberg. Leurs conséquences sont étonnantes. Il est intrinsèquement impossible de localiser la particule sur une trajectoire, on ne peut calculer que des probabilités de sa présence. L’état d’une particule inclut l’ensemble de toutes ses possibilités superposées. De même, des particules jumelles restent indissociables dans un état intriqué, même à de grandes distances. Mais tout processus de mesure modifie ces états.

La fin du déterminisme, la participation de l’observateur, le lien immuable entre particules corrélées, sont des thèmes qui rejoignent les enseignements spirituels traditionnels sur l’unité du monde, et cela a le mérite d’amorcer une réconciliation entre la science et la spiritualité. Toutefois, l’interprétation de ces résultats donne lieu à des controverses. La majorité des physiciens suivent l’opinion de Bohr selon laquelle seule existe la réalité empirique des phénomènes, bien qu’elle nous semble déroutante. Envisager l’existence d’une réalité sous-jacente ne serait que spéculation stérile. D’autres ont cherché à trouver un sens aux phénomènes et ont proposé qu’il existe une réalité voilée, ou bien que les informations pourraient voyager dans le temps, ou encore qu’il existe des mondes parallèles qui correspondraient aux différentes possibilités de mesure. Le Pr Shnoll a mis en évidence que des processus qui sont considérés comme aléatoires sont en réalité contrôlés par un facteur cosmologique. Mon avis est que ces suggestions reviennent à proposer l’existence d’une réalité supérieure indifférenciée. Mais alors que les physiciens ne l’envisagent que sur un plan matériel, les enseignements spirituels nous décrivent une réalité supérieure qui comprend des plans subtils étagés qui est en rapport avec notre propre évolution de vie et que certains ont pu explorer en état de conscience élargie.

Un article d’A. Boudet à lire en entier dans le site spirit-science