ARTICLE de physique: Le champ d’énergie du vide selon l’électrodynamique semi-classique

Voici le 4e article de ma série sur la présentation de l’élaboration des théories physiques sur les plans scientifique, humain et philosophique.

Les phénomènes quantiques expliqués par

LE CHAMP DU POINT ZÉRO ÉLECTROMAGNÉTIQUE CLASSIQUE

selon l’électrodynamique stochastique

Où l’on découvre que la quantification n’est pas nécessaire pour rendre compte de nombreux phénomènes dits quantiques – que la gravitation et la masse sont probablement des manifestations du champ du point zéro

L’électrodynamique stochastique s’est développée à partir des années 1960 comme alternative à la physique quantique. Elle s’appuie sur l’électromagnétisme classique auquel elle adjoint la présence d’un champ d’énergie du vide. Elle rend compte de phénomènes habituellement considérés comme purement quantiques (l’indétermination de Heisenberg, la stabilité des orbites atomiques, l’intrication, etc.) par l’action du champ du vide fluctuant sur les particules. Elle conserve les concepts familiers de causalité et de trajectoire, ce qui la rend attrayante et fluide. La constante de Planck y figure naturellement comme mesure de la densité énergétique du champ. Certains chercheurs ont même montré que les perceptions de masse, d’inertie et de force de gravitation pourraient résulter de forces de résistance induites par le champ du vide sur la matière. Cela ouvre une autre vision de l’univers où les formes de la matière résultent d’un équilibre susceptible d’évoluer.
Accédez à l’article entier sur mon site

L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DE L’ESPACE selon la physique quantique

Avec un peu de recul, j’ai trouvé que mon article « L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DE L’ESPACE selon la physique quantique« , paru en juillet 2015 était un peu ardu à aborder à certains endroits.

Je l’ai remanié afin qu’il soit plus facile à lire.
Les passages spécialisés ont été déplacés en annexe.

Il n’en reste pas moins que cette physique est compliquée.

3fluctuations-quantiques

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Bonne lecture

L’ÉTHER ET L’ÉNERGIE DU VIDE selon la physique quantique

Alain Boudet
Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant

Un nouvel article publié sur mon site web

Résumé: L’espace dans lequel se meuvent électrons et galaxies est-il vide ou plein? De tout temps, les philosophies traditionnelles ont énoncé qu’une substance non-matérielle précède la création matérielle et sous-tend toute chose. Les physiciens ont longtemps admis l’existence d’un éther, jusqu’à l’avènement de la Relativité Restreinte et les expériences de Michelson. Dès lors, ils considèrent que l’espace est vide. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité et suscite des controverses. La physique quantique réinvente l’éther sans le nommer sous l’appellation d’énergie quantique du point zéro. C’est l’énergie du champ électromagnétique qui subsiste lorsque la température descend au zéro absolu et qui produit une mer fourmillante de particules éphémères. L’évaluation de la valeur de cette énergie conduit selon les modèles mathématiques envisagés, soit à une énergie infinie qu’on ramène à zéro par un artifice, soit à une énergie finie mais gigantesque. De son côté, la cosmologie a été amenée à inventer une énergie noire qui pourrait s’identifier à l’énergie du vide quantique… si sa valeur n’était pas terriblement plus basse.

Pour voir le texte entier:

http://www.spirit-science.fr/Matiere/Phys3-ether.html